Christkindel, une si douce Enfant-Jésus

© N. Brunet
© N. Brunet
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Diaporama
Les lumières finissent par triompher de la nuit et la vie reprend ses droits. Voici venu le règne de l’Enfant-Jésus… version fille.

Après le temps des pesanteurs, la légèreté reprend tous ses droits. Christkindel (« l’Enfant- Jésus ») apparaît sous les traits d’une jeune fille voilée, aux traits angéliques, vêtue d’une robe de tulle blanche. On raconte qu’à minuit, le 24 décembre, se produit nombre de miracles. Les bœufs et les ânes se mettent à parler le langage des hommes, les abeilles s’agitent dans leurs ruches, les arbres se couvrent de fleurs qui se refermeront au 12ème coup de minuit, le vin entre en fermentation dans les tonneaux. Christkindel avance, parée d’une couronne dorée faite de branches de sapin et décorée de quatre bougies, tenant à la main un bâton surmonté d’une étoile. Elle est source de lumière et son sceptre lui confère un caractère céleste.

Elle porte en elle, dit-on, la mémoire de Sainte Lucie, fêtée le 13 décembre, les jeunes filles portant alors la couronne de lumière. En effet, le nom de la sainte, dérivé du latin « lux », évoque la luminosité retrouvée au lendemain des longues nuits d’hiver. Ne dit-on pas d’ailleurs : « A la Sainte-Luce, les jours croissent du saut d’une puce » ?

Et ce voile sur son visage ? Ne rappelle-t-il pas des mystères très anciens comme ceux gardés par la déesse mère égyptienne Isis ? Celle qui ressuscite les morts ? Christkindel, protectrice des enfants, est celle par qui s’accomplit le mystère de la vie. Dotée d’une jeunesse éternelle, elle montre le chemin de la lumière à ceux qui s’étaient égarés dans les ténèbres qu’illustre le passage tant redouté du Hans Trapp. Avec elle, il y aura un lendemain et la crainte du Père Fouettard incarné par le maréchal sanguinaire ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Le rite de passage est accompli avec succès et les enfants repartent les bras chargés de cadeaux. Ils ont eu chaud mais le sourire et la douce voix de Christkindel leur annonce que l’espoir aura toujours le dernier mot.



Diaporama

[Not a valid template]

Focus

Dans les yeux

Sainte Lucie de Syracuse, qui a souffert le martyre au début du 4ème siècle, est surtout célébrée dans les pays scandinaves. Le jour de sa fête marque avec l’Avent le début de la saison de Noël, quand les jours commencent à rallonger. Patronne des ophtalmos et des opticiens, elle est invoquée pour guérir les maladies oculaires. Elle protège aussi les personnes aveugles et les… électriciens. Que la lumière soit !